Exposition | Cosmo-Bordello

> Retour à la liste

Exposition

Lyd Violleau et Nental vous invitent à découvrir leurs univers artistiques dans le cadre d'une exposition au pavillon Charles X du 29 mars au 15 avril.

Nental : « C'est un voyage en Hollande, il y a une décennie déjà, sur les traces de Vincent Van Gogh et plus exactement au musée du même nom à Amsterdam, que ma manière d’apercevoir les éléments dans notre monde changeât.
Je me trouvais devant le tableau, celui sur lequel mes yeux s'étaient posés depuis des lustres, d'après de multiples photos et là, «l'amandier en fleurs» devant moi en vrai.
Je m’avançais progressivement pour tester ma rétine sur l'effet du tableau, je voyais bien que quelque chose clochait, il fallait bien me rendre à l'évidence que l'ensemble du tableau était parasité par tous les reflets extérieurs, les gens qui déambulaient autour de moi, les lumières des portables et tablettes, tout y était incrusté puisque le tableau était entièrement recouvert d'un plexiglas.
La transparence ne fait pas tout, je ne pouvais faire semblant de ne rien y voir, l'aura du tableau était bien obstruée, il manquait sans doute l'essentiel, son rayonnement par lequel la poésie transmet ineffable.
Dorénavant la question de la transmission et de la transparence se posaient, « Comment pouvait on transmettre la mémoire?, avec quelle sincérité et exactitude pouvait-on retranscrire la formalité d'une œuvre ou même d'une personne qui nous fait face ? ».
L'abstraction, du-moins l'idée d'abstraction germa en moi car je me retrouvais avec une foule d'information à gérer, ce qui appartenait à l’œuvre et ce qui apparaissait derrière moi en mouvement, le plexiglas ajoutait une dimension supplémentaire.
Deux réalités se mélangeaient pour donner une sorte «d'abstraction réaliste», la première étant statique, l'autre étant cinétique. En d'autres termes l'image du tableau devenait inerte et le reflet du plexiglas mobile puisqu'il dépendait des passants, du lieu et de la lumière où celui-ci était exposé.
Je travaille donc maintenant sur Plexiglas volontairement pour incorporer le reflet aux œuvres. Le travail exposé au Château de Tours sur Dionysos & Bacchus est pour ma part une occasion d’expression sur notre existence, il reflète à merveille l’idée de l’altérité de l’homme en ce monde. »

Lyd Violleau pratique la sculpture depuis 30 ans. Tout a commencé un jour, où, rapportant du bois avec son père, elle garde un morceau et le sculpte pendant une semaine, sur la terrasse, des outils rudimentaires à la main. C'est la naissance de la 1re sculpture... un visage. La taille dans la masse qu'elle affectionne en tenant la pièce entre ses pieds et ses jambes offre une expérience privilégiée avec la matière. Puis l'Acier fait son apparition, par ajouts et vissage seulement, venant sublimer les autres matériaux, pierre et bois. Un tournant dans son travail se profile lorsqu'elle apprend la soudure. L'enlèvement de matière à partir d'un bloc, laisse place à la construction métallique par assemblage. Ce qui ouvre un champ énorme de possibilités. Un autre chemin se présente... Tout comme la magie du travail du bronze, le métal à son tour la fascine. Pour Lyd, ces mots de Marina Tsvetaeva reflètent bien l'état de création : « Tant qu'on a pas commencé - Obsession, tant qu'on a pas fini - Possession ». Dans ce hors temps où Lyd se plonge, le geste est fort et précis à la fois, l'acier se courbe, l'inox se nacre... Les contrastes de matières s'assemblent, oscillant entre le vide et le plein, pour dire l'essentiel.

Vernissage le 30 mars à 18h

Infos pratiques

  • Date

  • Heure

    Tous les jours de 14h à 19h

  • Lieu

    Pavillon Charles X
    Parc de la Perraudière
    37540 Saint-Cyr-sur-Loire

  • Thématique(s)

    Exposition

  • Tarifs et conditions d’accès

    Entrée libre

    Renseignements : 02 47 42 80 21